L’agriculture : une attention particulière de la part des pouvoirs publics

Panorama Agriculture
lundi, 29 janvier 2018 09:50
L’agriculture : une attention particulière de la part des pouvoirs publics

(Togo First) - Le secteur agricole compte pour 40,7% du PIB du Togo selon les derniers chiffres de l’OCDE. Il se taille 15% des exportations totales et occupe 65% de la population. Le pays n’exploite que 45% de ses 3,4 millions d’hectares de terres cultivables et le segment de la transformation des produits agricoles est encore à ses balbutiements.

 

Filières

Les principales cultures d’exportation du Togo sont le café, le cacao, le coton et l’anacarde. Le coton qui constitue le premier poste de recettes d’exportation du secteur agricole, contribue pour environ 4,3% au PIB. En 2016/2017, près de 108 000 tonnes de coton graine ont été produits. Le pays vise le cap des 200 000 tonnes à l’horizon 2022. L’anacarde produit essentiellement dans la Région Centrale et des Plateaux a connu une production de 9000 tonnes en 2017. Le Togo en est le second producteur de la zone UEMOA derrière la Côte d’Ivoire avec une récolte fluctuant autour de 8000 tonnes par an.  Pour sa part, le niveau de production de la caféière togolaise reste inférieur à 20 000 tonnes. 

Les cultures vivrières comprennent notamment les céréales cultivées (riz, le maïs, le fonio, le mil et le sorgho), les racines et les tubercules (manioc, igname, patate douce et pomme de terre) ainsi que les légumineuses et les fruits et légumes.   

  

Politiques

L’agriculture bénéficie depuis quelques années d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics. Ainsi, le Togo est devenue en juillet 2009, le premier d’Afrique de l’Ouest et le second d’Afrique subsaharienne après le Rwanda à signer le Programme détaillé de développement de l'agriculture africaine (PDDAA).

Le Togo a adopté sur la période 2010-2015, le Programme national d'investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA). Cette feuille de route qui avait pour objectif d’améliorer la productivité et les revenus des producteurs, a permis de couvrir les besoins céréaliers du pays à hauteur de 110% entre 2013-2016.

En outre, dans le cadre du Programme d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) 2017-2026, plus de 1250 milliards de Fcfa sont prévus pour être investis afin d’atteindre une croissance du PIB agricole de 10%. 

Enfin, il faut également signaler le Programme d'appui à la gouvernance et à la promotion de l'agrobusiness (PAGPA) qui vise à « contribuer à créer les conditions d’une croissante forte et inclusive soutenue par l’agrobusiness ».

 

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.