Un logiciel de tracking a bloqué les activités sur les parcs de véhicules d’occasion à Lomé, ce lundi

Transport
mardi, 08 mai 2018 12:31
Un logiciel de tracking a bloqué les activités sur les parcs de véhicules d’occasion à Lomé, ce lundi

(Togo First) - Lancé en février par l’Union des professionnelles des agréés en Douane du Togo (UPRAD-Togo) pour éradiquer les fraudes liées aux véhicules d’occasion en transit, le système de suivi Meris, basé sur la géolocalisation des véhicules, ne fait pas l’unanimité.

En assemblée générale jeudi au Port Autonome de Lomé, les transitaires non-agrées ont estimé que le système mis en place pour assurer le convoyage des véhicules du PAL vers les pays de l’hinterland (Burkina-Faso, Niger, Mali et autres), ne leur profite pas. Au contraire, il engendre des faux frais de 10 000 FCFA supplémentaires.

 « Nous avons compris que Meris n’est pas différent des autres systèmes de convoyage qui sont sur le terrain et qui constituent déjà des faux frais. Ça ne doit plus aller comme ça. Lundi, il n’y aura pas la sortie des véhicules, il n’y aura pas le paiement à la caisse de l’Etat. Et on va voir ce que cela va donner », menaçait jeudi Adékpoé Mathias, Porte-parole des transitaires non-agréés, cité par le portail iciLomé.

Renforcé par Tona Sodji, un des responsables des transitaires non-agréés : « Nous dénonçons ce nouveau système imposé par l’UPRAD avec des frais supplémentaires de 10 000 Fcfa ».

Effectivement ce lundi, ces transitaires ont fini par mettre à exécution leur menace d’aller en grève. Après une journée de blocage, les activités ont repris ce mardi mais les transitaires non agréés continuent toujours de gronder.

Notons que le projet Meris a été mis en place pour lutter contre les artifices perpétrés par ces concessionnaires en douane pour faire disparaitre les véhicules du circuit afin d’éviter les services fiscaux.

Fiacre E. Kakpo

 

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.