Togo : une stratégie fiscale destinée à booster la transformation locale de la noix de cajou

Agro
vendredi, 16 novembre 2018 10:15
Togo : une stratégie fiscale destinée à booster la transformation locale de la noix de cajou

(Togo First) - Après le Bénin, le Burkina Faso et la Côte-d’Ivoire, le Togo a adopté une taxe sur les noix de cajou à l’export, dénommée Prélèvement sur les noix de cajou (PNC).

Suivant un décret en date du 03 octobre 2018 instituant cette taxe au cordon douanier, le montant du PNC est de quarante Francs FCFA par kilogramme sur les noix de cajou brutes et de cinq FCFA sur les noix de cajou transformées.

Ce fonds, perçu par l’administration des douanes, devrait être versé sur un compte spécial, ouvert au Trésor public, dénommé « fonds de gestion de la filière anacarde au Togo ».

 L’idée, en instaurant ce prélèvement, est de se servir des recettes fiscales mobilisées pour soutenir le développement de la filière par les acteurs directs et donner un coup de pouce à la transformation locale, plus rentable.

Notons qu’au Togo,la production des noix de cajou, ou anacardes, est estimée à 12 000 tonnes en 2017, selon le bulletin d’information n’kalô. En 2018, elle est projetée à plus de 15 000 tonnes.

Séna Akoda

togofirst mobile

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.