Le Togo veut favoriser l'accès au crédit tout en minimisant les risques de non-remboursement

Gouvernance économique
mercredi, 09 mai 2018 20:01
Le Togo veut favoriser l'accès au crédit tout en minimisant les risques de non-remboursement

(Togo First) - A l’instar de la Côte d’Ivoire, du Niger ou du Sénégal, le gouvernement togolais vient de modifier la loi uniforme n°2016-005 du 14 mars 2016 relative à la réglementation des bureaux d’information sur le crédit (BIC) dans les Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

En conseil des ministres mardi 08 mai 2018, le nouveau texte adopté, porte sur l'introduction, à l’article 53 de cette disposition communautaire, un cinquième alinéa libellé comme suit : «L’obligation d’obtenir le consentement préalable du client, prévue à l’alinéa premier ci-dessus, ne s’applique pas au client ayant bénéficié de prêt avant la date de promulgation de la présente loi uniforme».

Des mesures prudentielles mais également une facilitation de l’accès au crédit

Concrètement, les clients ayant obtenu des prêts auprès des banques avant la promulgation de la loi réglementant les BIC dans l’espace UMOA ne sont pas concernés par l’obligation qu’impose la loi communautaire aux banques d’obtenir le consentement de leurs clients pour la divulgation de leurs informations par l’entremise des BIC.

Notons que l'adoption de cette loi modifiée par l’Assemblée nationale dans les prochains jours  « permettra aux Banques, aux Micro-finances ou Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) et aux établissements financiers du Togo, tout en prenant part au système de partage d’information sur le crédit ou sur les antécédents de crédit de leurs clients, de mesurer avec plus de précision, le risque de crédit et par conséquent de réduire du coût du crédit. » Une aubaine pour les demandeurs de crédit, les établissements de crédit et pour l’Etat Togolais.»

Une mesure pour améliorer le climat des affaires

L’adoption de la loi nouvelle devrait également contribuer à l’amélioration du climat des affaires du Togo et à sa notation par les institutions évaluatrices, notamment le Doing Business et le MCC.

En effet, indique Mme Sandra Ablamba Johnson, Conseillère du Président de la République et coordonnatrice de la Cellule Climat des Affaires, au sujet de l’indicateur relatif aux informations sur le crédit, «  seule la côte d'Ivoire a pu atteindre dans l'espace UEMOA, un quota de 4% en 2017 selon le rapport Doing Business,  grâce à ces mesures mises en place ces dernières années. La mise en œuvre des nouvelles dispositions permettra de renforcer la base de données de la plateforme, et aux banques et établissements financiers, d'octroyer des crédits à des taux raisonnables, surtout avec la mise en œuvre du Nouveau Plan de Développement qui aura comme acteur principal, le Secteur Privé togolais, d'une part, et d'autre part, comme un des  projets phares, la transformation structurelle du secteur agricole portée actuellement  par le projet  TIRSAL ».

Séna Akoda

 

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.