Le Mifa au contact des agriculteurs des sites-pilotes de Kovié, Agou et Notsè

Agro
mercredi, 08 août 2018 10:33
Le Mifa au contact des agriculteurs des sites-pilotes de Kovié, Agou et Notsè

(Togo First) - Le coordonnateur chargé des chaînes de valeur du Mifa (Mécanisme Incitatif de Financement Agricole), Noel Bataka, a entrepris ce mardi 7 août 2018, une visite de 3 des 8 sites sélectionnés pour la phase pilote du projet.

L’initiative vise principalement à constater de visu les progrès enregistrés sur le terrain depuis la mise en place du mécanisme et de s’entretenir avec les acteurs de la première chaîne de valeur que sont les agriculteurs, ainsi que les conseillers en exploitation.

Ainsi, les sites de Kovié, d’Agou et celui de Notsè ont été respectivement été visités par le coordonnateur.

faf563c975c003218aecd8e06d26aaac L

« Le Mifa, pour nous est une grande innovation »

Le premier site-pilote à avoir reçu la visite du Coordonnateur a été celui de Kovié/Mission Tové, (40 km de Lomé), basé dans la Vallée du Zio. Le périmètre spécialisé dans la production du riz a bénéficié du concours technique du Mifa et recevra bientôt son premier chèque. Pour Kossi Djifa Adokanou, président du Comité de Gestion du Périmètre Rizicole de la Vallée du Zio, une entité qui s’occupe de la coordination des coopératives régionales opérant dans le secteur rizicole, l’avènement du Mifa permettra de booster et de mieux réguler la production de ce riz hautement apprécié sur le territoire national. « Jusqu’à ce jour, nous étions confrontés à beaucoup de difficultés, notamment dans l’écoulement de la production et la mévente. Avec le Mifa, c’est une grande solution qui s’offre puisque désormais, selon ce que nous retenons du mécanisme, nous aurons des débouchés », affirme-t-il. Et de poursuivre, « Nous allons passer à la production contractualisée. Avant même que l’agriculteur ne produise, il connaît déjà l’acheteur et le prix. ». Pour finir, le responsable des quelques 600 producteurs de riz de la vallée a confié qu’ils attendaient sous quinzaine, une subvention de près de 500 millions de Fcfa, destinée à améliorer la production et optimiser le rendement.

356 hectares destinés à la culture du riz et du maïs à Agou

La seconde étape de la visite du responsable du Mifa a été la région d’Agou, où se retrouvent 4 Zones d’Aménagement Agricole Planifiées (Zaap), que sont Gadjagan (106 ha cultivables), Nitoé et Akplolo (100 ha chacun, destinés au riz et au maïs) et Avétonou, la plus petite (50 ha).

Sur la première Zaap qui regroupe 212 agriculteurs, à raison d’un demi-hectare par producteur, les acteurs se sont réjouis de la mise sur pied du mécanisme et se sont déclarés impatients d’en tirer le bénéfice. Pour leur président, Sédo Koffi Séményo, « le mécanisme va changer beaucoup de choses, ce qui va nous permettre d’augmenter notre production et de bien prendre soin de nos familles, surtout que l’aspect assurance aussi y est présent ».

De son côté, Folly Notchron, l’un des agriculteurs de la Zaap Agou, active depuis 1914, confie : « les difficultés que nous rencontrions avant pour faire des prêts et donner des cautions de garantie ne sont plus d’actualité avec le Mifa. Nous sommes très en joie, nous, agriculteurs. Tout est assuré, même les aléas climatiques qui sapent notre travail ». Même son de cloche de la part des responsables des sites de production d’Avétonou qui ont félicité le Coordonnateur du Mifa et ont manifesté leur satisfaction de voir désormais leurs soucis d’écoulement de leurs produits et de leur financement se résoudre. Le responsable du mécanisme a également discuté avec les conseillers en exploitation agricole qui accompagnent au quotidien les agriculteurs qu’ils ont enregistrés et formé.

Les femmes de Notsè et leur manioc pour clôturer l’expédition champêtre

Pour finir, la délégation emmenée par le Coordonnateur a clôturé sa journée de visite à Agotové, un village situé à 10 km de Notsè. Là, un groupement de femmes spécialisées dans la culture de manioc et la production de gari ont été entretenues quelques semaines auparavant sur le Mifa et ses avantages. Les agricultrices ont remercié le Chef de l’Etat pour cette initiative et exprimé leur reconnaissance au Coordonnateur pour être venu jusqu’à elles. 

Dagnowou Ami (photo), secrétaire de la Coopérative Miwoè né gnon en a profité pour soulever un point crucial qui entrave souvent leur activité : les conflits avec les éleveurs de la région, « dont les bêtes saccagent les plantations et réduisent à néant » leurs productions. Elle a donc sollicité le concours des autorités à ce sujet.   

« Le mécanisme apporte des rêves aux producteurs que le bureau d’implémentation se doit d’amener à la réalité pour le bien de l’agriculture togolaise »

Dans sa synthèse face aux médias, le Coordonnateur du projet a exprimé sa satisfaction après les efforts constatés sur le terrain. Revenant sur les trois sites parcourus, Noel Bataka a dit avoir entendu « le président du CGP de Kovié, porter le rêve d’améliorer leur culture de riz, les producteurs d’Agou très enthousiastes, dont le mécanisme a suscité la confiance de voir des débouchés s’ouvrir à eux, désireux d’élargir leurs périmètres de production de maïs ».

Enfin, « les femmes de Notsè se sont montrées rassurées de constater tous les avantages que leur apporte le Mifa, afin de mieux écouler leu manioc. Elles se sont également ragaillardies du fait que l’assurance qui constitue l’un des piliers du mécanisme, sera bel et bien effective désormais dans leur exploitation »   

Noel Bataka a également rappelé que « l’ambition du gouvernement est d’assurer le marché pour les petits producteurs, afin que ces derniers puissent améliorer leur rendement et par ricochet, leur niveau de vie ».

Lancé officiellement le 25 juin dernier par le Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, afin de répondre aux problèmes de financements des acteurs du monde agricole togolais, le Mifa est une initiative du gouvernement qui vise à faciliter le partage des risques et à permettre aux agriculteurs de professionnaliser leur secteur.

Reportage de Octave A. Bruce

 

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.