Victoire Tomegah Dogbé: «Nous n’aurons pas de répit tant que certains de nos concitoyens vivront dans l’extrême pauvreté»

Gouvernance économique
vendredi, 18 mai 2018 12:26
Victoire Tomegah Dogbé: «Nous n’aurons pas de répit tant que certains de nos concitoyens vivront dans l’extrême pauvreté»

(Togo First) - La Ministre du Développement à la Base, de l'artisanat, de la jeunesse et de l'emploi des jeunes, Victoire Dogbe Tomegah a accordé un entretien à Togo First, l'occasion de faire le point sur les efforts fournis par ce département clé pour faire de l’inclusion sociale, économique et financière, une réalité au Togo. En dépit de résultats probants, obtenus dans le cadre de la mise en œuvre des programmes et initiatives visant jeunes, femmes et couches défavorisées, les chantiers à venir sont encore énormes, assure la ministre.

 

Togo First : Dans son adresse à la nation le 03 janvier dernier, le chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé a fait la part belle à la jeunesse et aux femmes togolaises (octroi de 20% des marchés publics, FPJ). S’agit-il d’un cap à suivre, particulièrement pour votre département ?

Victoire Tomegah Dogbé (VTD) : Comme vous pouvez le constater depuis quelques années déjà, les questions liées à la promotion et l’autonomisation des jeunes et des femmes sont placées au cœur de la politique du Chef de l’Etat. Ceci s’est traduit par la multitude d’initiatives qui sont développées sous son impulsion pour prendre en compte les préoccupations et répondre aux aspirations profondes de ces couches qui représentent la grande majorité de notre population. C’est donc dans cette dynamique que le Président de la République a décidé d’octroyer 20% des marchés publics aux jeunes et aux femmes entrepreneurs pour leur permettre d’avoir accès à la commande publique et participer à l’économie nationale. Il s’agit à la fois d’une mesure volontariste et innovante pour soutenir l’effort des jeunes et des femmes et booster l’activité entrepreneuriale.

En ce qui concerne le forum présidentiel de la jeunesse, il constitue une réponse du Chef de l’Etat aux souhaits de sa jeunesse d’être mieux écoutée et associée au processus de développement du pays. En effet, dans toutes nos préfectures, les jeunes n’ont cessé d’exprimer leurs vifs désirs de dialoguer directement avec le Président de la République. Ce sont des attentes qui sont revenues tout le temps, lors des foras régionaux que le ministère organise depuis 2011. La décision d’initier un forum présidentiel répond au souci du Chef de l’Etat de renforcer sa proximité avec les jeunes, de pouvoir les écouter sur les questions qui les préoccupent et surtout recueillir leurs propositions pour répondre le plus efficacement possible à ces attentes.

Il s’agit d’instaurer une démarche qui responsabilise et fasse de la jeunesse les principaux acteurs de leur autonomisation.

En clair, ces deux mesures nous recommandent de faire davantage pour la promotion de l’entrepreneuriat et l’autonomisation des jeunes et des femmes et de renforcer les cadres de dialogue et d’écoute de la jeunesse.

 

Togo First : Anadeb, Pradeb, Fnfi, Faiej…. A la croisée des chemins, quels bilans faites-vous de ce cocktail d’initiatives concoctées et/ou pilotées par votre département au profit des couches vulnérables ?

VTD : Chacune de ces initiatives que vous citez répond aux besoins urgents et légitimes des communautés que nous nous faisons le devoir de servir.

Rien que pour l’année 2017 écoulée, les projets et programmes pilotés par l’agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) et le PDCPlus finissant, ont permis de réaliser  277 infrastructures socioéconomiques, d’accompagner 1700 groupements, d’offrir des repas quotidiens à 89 000 élèves de 305 écoles primaires, d’octroyer une allocation mensuelle de 5000 FCFA à 17 360 ménages et d’accompagner 78 200 personnes dans la dynamique de l’inclusion financière.

« En 2017, les mécanismes de promotion de l’auto-emploi des jeunes ont permis de créer 3500 Micro-entreprises pour 9000 emplois durables et 22 130 emplois temporaires au profit des jeunes. »

Toujours en 2017, les mécanismes de promotion de l’auto-emploi des jeunes (FAEIJ, PRADEB, FNFI) ont permis de créer 3500 Micro-entreprises pour 9000 emplois durables et 22 130 emplois temporaires au profit des jeunes.

L’engouement des jeunes Togolais pour ces mécanismes de financement et d’accompagnement ne se dément pas. D’où la nécessité de diversifier et d’adapter les offres aux différentes cibles. Ceci nous a conduit à initier le projet d’appui à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs, notamment l’agriculture, l’élevage… Ce projet, lancé en 2016 par le Chef de l’Etat, bénéficie de l’appui de la Banque africaine de développement. Il prévoit la création de plus de 19 600 emplois directs dans les 5 années de mise en œuvre du projet.

14372 victoiretomegah 2

« Nos actions impactent positivement le quotidien des populations.»

Le constat général que nous faisons lorsque nous allons sur le terrain pour rencontrer et échanger avec les bénéficiaires est que nos actions impactent positivement le quotidien des populations. Les nombreux témoignages qui nous parviennent, la confiance que nous portent ces communautés et la croissante volonté de nos partenaires à nous accompagner nous prouvent que nous sommes sur la bonne voie.

En dépit de ces résultats satisfaisants nous n’aurons pas de répit tant que, dans notre pays, certains de nos concitoyens vivent dans l’extrême pauvreté.

 

Togo First : Vous avez un des portefeuilles ministériels les plus dynamiques et les plus proches de la population. Quels sont les défis qui nécessitent aujourd’hui d’être relevés ?

VTD : Les défis à relever sont évidemment nombreux car les besoins de chacune de nos cibles sont légitimes et requièrent toute notre attention, tout notre dévouement. Notre principal défi est de mobiliser davantage de ressources pour répondre à ces besoins. De nombreux partenaires, auxquels je voudrais témoigner au passage de ma gratitude et celle du gouvernement, nous accompagnent déjà dans notre combat pour un Togo émergent. Cependant, des appuis de leur part et ceux d’autres acteurs, notamment du secteur privé seront les bienvenus pour porter nos différentes initiatives à échelle.

 

Togo First : « Le foisonnement de programmes et projets pilotés par des structures autonomes, et dont certaines actions s’entremêlent sans véritable coordination, constitue un goulot d’étranglement ». C’est l’une des conclusions d’une récente étude réalisée par l’OCDE sur les initiatives entreprises par le ministère du développement à la Base. L’Organisation estime que la pluralité des projets lancés par votre ministère est susceptible d’entraver son efficacité. Quelle est votre appréciation face à ces conclusions ?

VTD : D’abord, je voudrais faire remarquer que le rapport de l’OCDE sur l’examen du bien-être et des politiques de jeunesse au Togo a été réalisé à la demande du gouvernement. Et c’est également le Togo qui a identifié les thématiques sur lesquelles les études ont été portées. A ce titre, nous apprécions à leur juste valeur les conclusions et les recommandations dressées par l’OCDE et qui ont le mérite, non seulement de mettre à notre disposition des données qualitatives pertinentes sur la situation des jeunes dans notre pays, mais aussi de permettre aux acteurs nationaux d’être édifiés sur les différentes dimensions du bien-être de la jeunesse et sur les enjeux liés à la mise en œuvre des politiques publiques de jeunesse.

Malheureusement, les conclusions de ce rapport, élaboré depuis 2016, n’ont été rendus disponibles que cette année 2018.  Ainsi, vous comprenez que beaucoup de données ne sont pas récentes et ne tiennent pas compte des évolutions déjà enregistrées par le pays ces dernières années.

J’en veux pour preuve la question de la coordination des actions, relevée comme une entrave à l’efficacité des programmes et projets, qui a été adressée par le gouvernement avec la mise en place d’une coalition nationale pour l’emploi des jeunes, dotée d’un secrétariat permanent opérationnel, qui constitue un levier de mise en synergie des acteurs sectoriels et locaux. Il s’agit d’une plateforme de partenariat multi-acteurs dont la mission est de veiller à travers un dialogue de haut niveau, à la cohérence des interventions des parties prenantes de la problématique du bien-être et de l’insertion professionnelle des jeunes.

Mais, ce qui est important dans ce rapport, c’est le fait qu’il met en exergue le caractère transversal et multidimensionnel de la problématique de la promotion de la jeunesse ainsi que la responsabilité partagée de tous les acteurs (publics, privés, OSC et PTF).

 

Togo First : Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a annoncé récemment le lancement d’un forum présidentiel de la jeunesse. Une initiative qui dans la foulée, a reçu un écho favorable. Concrètement, quel sera le contenu de ces rencontres prévues pour cette année 2018 ?

VTD : Ce rendez-vous du Chef de l’Etat avec la jeunesse est une rencontre que le Président a voulue afin d’échanger avec les jeunes Togolais autour de leurs préoccupations pour qu’ensemble, des solutions soient trouvées. Il s’agira précisément d’analyser les préoccupations et les problèmes structurels auxquels font face les jeunes et les réponses apportées aux préoccupations liées à leur inclusion et leur bien-être, de capitaliser les expériences et de tirer les leçons des mécanismes et stratégies de promotion de l’emploi des jeunes et d’implication de la jeunesse dans la vie publique.

Il s’agira enfin de faire des propositions qui pourront être prises en compte dans le cadre de la formulation d’une nouvelle politique pour l’inclusion et le bien-être de la jeunesse au Togo.

Des rencontres préparatoires de ce forum présidentiel ont eu lieu dans les 5 régions et une synthèse a été présentée aux principaux délégués de ces régions.

Le forum proprement dit se tiendra sur deux jours avec des ateliers thématiques, des sessions plénières en présence du Chef de l’Etat, des évènements parallèles, autant de canaux qui puissent permettre à la jeunesse de s’exprimer sur ses besoins et ses attentes, mais aussi montrer son potentiel, son génie ou sa créativité.

 

Togo First : Quels sont les résultats attendus ?

VTD : Pour le gouvernement, le principal résultat attendu du forum présidentiel de la jeunesse reste la formulation par les jeunes eux-mêmes d’un ensemble de propositions pertinentes devant être prises en compte pour la formulation d’une nouvelle politique de jeunesse au Togo.

« Saviez-vous que l’opérationnalisation du FAIEJ, le programme de construction des maisons de jeunes ou encore l’allocation d’une ligne budgétaire au conseil national de la jeunesse par exemple, sont des résultats de ce premier forum en 2011 ? » 

Mais, en nous référant aux résultats du premier forum national de la jeunesse, je puis vous assurer que d’importantes autres mesures peuvent en sortir. Saviez-vous que l’opérationnalisation du FAIEJ, le programme de construction des maisons de jeunes ou encore l’allocation d’une ligne budgétaire au conseil national de la jeunesse par exemple, sont des résultats de ce premier forum en 2011 ? 

Il faut aussi souligner que le forum présidentiel doit permettre de sceller un nouveau partenariat entre le Président de la République et la jeunesse.

 

Togo First : On a souvent remarqué une forte mobilisation autour de ce genre d’initiative. Mais, la pérennisation demeure encore un autre défi très marginalisé. Que prévoyez-vous à la suite de ces rencontres ?

VTD : Nous disons que les jeunes doivent être à l’avant-garde de ce qu’ils veulent. Du côté du gouvernement et du ministère chargé de la jeunesse en particulier, nous sommes engagés pour faire de cette initiative une action perpétuelle. D’ailleurs, l’organisation du forum national de la jeunesse a été instituée par un décret, quelques mois après le premier forum national qui a eu lieu en 2011. En plus, nous avons organisé régulièrement des fora régionaux de jeunesse, notamment, en 2013, 2014, 2015 et 2016. Nous pensons, que l’initiative du Chef de l’Etat témoigne de l’importance et de la nouvelle dynamique qu’il souhaite engager avec la jeunesse. Et il revient à la jeunesse togolaise de saisir cette opportunité pour la transformer en un rendez-vous permanent. Les jeunes eux-mêmes sont les mieux placés pour exprimer ce qu’ils désirent pour leur propre bien-être.

 

Togo First : Le Faiej et le Pradeb accompagnent fortement les jeunes entrepreneurs togolais, entre autres pour l’accès au crédit auprès des institutions financières. Un modèle de réussite à encourager. Mais, au-delà d’un certain montant, ces projets portés par ces start-ups deviennent très risqués. Par exemple, Tanko Timati, une start-up porteuse a annoncé  vouloir lever plus de 250 millions pour poursuivre sa croissance à travers une ouverture de capital. Quels mécanismes mettez-vous en place pour aider les jeunes entrepreneurs avoir accès à des financements plus adaptés aux différents phases de développement de leurs entreprises.

VTD : L’objectif du FAIEJ et de la composante emploi jeunes du PRADEB est d’apporter un appui technique aux jeunes entrepreneurs et de leur faciliter l’accès au financement pour la création de leur microentreprise. Depuis leur mise en œuvre, c’est plus de 15 000 jeunes qui ont été formés, environ 2500 microentreprises créées par les jeunes et 6500 emplois directs créés. Plus de 5 milliards de francs CFA ont été libérés pour accompagner ces jeunes entrepreneurs. Ces interventions ont permis l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs qui ont effectivement besoin de plus de ressources financières pour le développement de leur microentreprise.

« C’est plus de 15 000 jeunes qui ont été formés, environ 2500 microentreprises créées par les jeunes et 6500 emplois directs créés. »

Outre les conventions signées avec certaines banques pour leur accompagnement, plusieurs mécanismes sont mis en œuvre :

L’Agence National de Promotion de Garantie et de Financement (ANPGF) est l’un des mécanismes mis en place pour l’accompagnement des PME /PMI. Les financements accordés par l’ANPGF vont au-delà de 250 millions si le promoteur démontre la viabilité de son projet. Un partenariat existe entre le FAIEJ et l’ANPGF pour l’accompagnement des micro entrepreneurs dont les besoins en financement sont élevés et dépassent le cadre du FAIEJ et du PRADEB.

En vue de promouvoir le secteur agricole et l’agrobusiness, le gouvernement a mis en place un nouveau dispositif dénommé TIRSAL, qui a été dévoilé par le Chef de l’Etat. TIRSAL est une approche holistique conçue pour relever les défis qui entravent la croissance et le développement du secteur agricole au Togo. Il est conçu dans le but de réorganiser les différents maillons de la chaîne de valeur agricole et de promouvoir leur financement. Il s’agira de partager les risques entre les différents acteurs, en vue de faire passer le financement du secteur agricole et de l’agrobusiness par les banques commerciales à 5% d’ici 10 ans contre 0,2% aujourd’hui.

Enfin, le partenariat avec le secteur privé , le coaching et le monitoring des jeunes entrepreneurs, leur permet de développer des partenariats avec leurs ainés en vue d’une association pour le développement de leur entreprise.

Propos recueillis par Fiacre E. Kakpo

 

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.