36% de Togolais associent le changement climatique aux mauvaises conditions météorologiques (Afrobaromètre)

Gouvernance économique
mardi, 20 août 2019 12:20
36% de Togolais associent le changement climatique aux mauvaises conditions météorologiques (Afrobaromètre)

(Togo First) - Afrobaromètre vient de publier le rapport d’une enquête réalisée sur la période 2016-2018 pour évaluer non seulement le niveau de connaissance mais aussi la perception des Africains sur les changements climatiques et leurs effets sur l’humanité tout entière.

afrobarometre

Selon les résultats de cette enquête qui a couvert 33 pays africains, un Togolais sur trois a entendu parler ou a eu connaissance du phénomène planétaire des changements climatiques.

Pour 1 Togolais sur 3, changements climatiques et dégradations des conditions météorologiques sont liés.

En effet, 36% de Togolais associent les changements climatiques aux mauvaises conditions météorologiques. Avec leur lots de bouleversements induits, notamment le réchauffement ininterrompu du climat, la recrudescence des catastrophes naturelles, les tsunamis, les pluies torrentielles et leurs conséquences dévastatrices.

Si au total, plus de la moitié des Africains (63%) ont cette connaissance des changements climatiques qu’ils lient aux dégradations des conditions météorologiques, en Afrique de l’Ouest, les Togolais sont les 2è après le Bénin (37%) à les assimiler ainsi.

Sur les 33 pays africains sondés, les populations mauricienne, gabonaise et ougandaise semblent plus averties sur le phénomène que toutes les autres. En revanche, la Tunisie, le Libéria et le Mozambique ont les peuples les moins informés, ou du moins ceux qui n’établissent pas forcément le lien entre changements climatiques et mauvaises conditions météorologiques.

Selon l’enquête Afrobaromètre, seulement 19% de Togolais affirment que tout en sachant ce que sont les changements climatiques, ils n’ont pas été sensibilisés aux mesures à prendre pour lutter contre les changements climatiques et contenir leurs effets.

Cette donnée semble traduire la portée et l’efficience des actions qu’entreprennent les pouvoirs publics togolais, leurs partenaires techniques et financiers et la société civile, pour faire face aux changements climatiques et contenir leurs effets. Notamment le Programme de Lutte contre le Changement Climatique (PALCC) financé à hauteur de 10 millions d’euros dont 5,5 millions (soit 3,6 milliards de FCFA) aux ONGS et à l’Office de Développement et d’Exploitation des Forêts (ODEF) pour les actions communautaires.

Les initiatives en faveur du reboisement qui se déploient, l’institution d’une journée nationale de l’arbre, la promotion des énergies renouvelables, de l’agro-écologie, etc, auraient, à la lumière des données publiées, un fort impact sur les Togolais, dans une proportion notable. Le pourcentage de Togolais qui déclare n’avoir pas été sensibilisés est de fait, l’un des plus bas en Afrique où la moyenne s’est établie à 29%.

Paradoxalement, le pays dispose d’une forte proportion de population qui affirme n’avoir aucune notion des changements climatiques. Selon Afrobaromètre, il s’agit de 45% de la population totale du Togo. Une donnée qui, sans toutefois alarmer au regard du pic (69%) et de la moyenne (43%) sur le continent, devrait susciter des réflexions pour mieux orienter les actions.

Séna Akoda

togofirst mobile

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] t o g o f i r s t . c o m

Please publish modules in offcanvas position.